coutumes...et costumes de Mardi Gras » | Bloguez.com

 coutumes...et costumes de Mardi Gras

2/12/2013

Les coutumes se perdent, parfois évoluent, ainsi ie Mardi Gras,d'abord fête païenne datant de la civilisation romaine, nommées alors calendes,

ce qui est drôle c'est que ces calendes sont surtout grecques dans une expression où lorsque l'on ne veut pas faire quelque chose, on le renvoie aux  calendes ...grecques!

Cette coutume de faire bombance au sortir de l'hiver n'est pas tombée aux oubliettes, la chrétienté l'adopta, cela participait d'un besoin vital, le besoin de recharger les "ventres" au sortir de la saison froide ne pouvait laisser indifférent...

il fallait d'ailleurs se dépêcher de faire la "bombe", car le lendemain commençait  le carême qui durait ...quarante jours!

Donc on se gâvait comme on savait le faire à une époque où la viande était rare et où seuls les bourgeois et les nobles disposaient de ces venaisons régulièrement à leur table!

Gâteaux, crêpes, beignets, merveilles emplissaient les assiettes, le carnaval battait aussi son plein, occasion de se masquer et ainsi de passer incognito, donc de profiter de l'aubaine pour  quitter ses haillons, faire des frasques!

Dans notre ville le mardi gras était aussi prétexte au défilé des boeufs gras, chaque boucherie d'importance avait au moins deux boeufs à exhiber dans des parures où les dorures et autres cocardes  habillaient la bête de pied en cap, lui donnant une allure noble et remplie de distinction, comme il y'avait école ce jour là nous courions au passage du Pont de l'Adour pour admirer le défilé des superbes animaux, nous savions par contre qu'elles étaient destinées à la boucherie, mais ceci ne nous attendrissait guère, notre logique pragmatique se forgeait sur les nécessités vitales!

les garçons bouchers et les patrons avançaient d'une allure à la fois martiale et patriarcale, imprimant ainsi au défilé un faste et une aura sans pareils, nous les suivions un moment quand ils se dirigeaient vers les autres étals, le flot grossissait, finissait sur la place des Coustous où un vin d'honneur clôturait la fête!

En ce temps là, pas de recherche de traçabilité chez les bêtes, on vivait en circuit fermé, les bouchers allaient faire le marché chez l'éleveur du coin, pas de viande de Nouvelle-Zélande ni d'Argentine, on produisait Français

les grandes surfaces ont sonné le glas de cet apparat, les boeufs meurent dans l'anonymat, ils arrivent souvent incognito dans des wagons frigorifiques, une page est tournée...

 

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                             

Category : reserved to connected users | Write a comment | Print

Comments

TylerJones, le 19-10-2016 à 02:56:18 :

Good Post

Its is a very nice blog it is useful for all peoples and students because i am also get more information for this blog. thank you so much for share this blog. custom essay writing service with the more than one students it available for some common for all phd students and research students.

| Contact author |